Sylve de  769 grade  769  1   Sculpteur2 

 Photo du 27 07 2017 a  768  07.45 

Sylve sculpte la lumière depuis plus de trente ans, et avec les LED de grande puissance apparues ces dix dernières années, il peut donner à voir les images colorées et singulières qui s’agitaient dans l’enclos de ses paupières fermées.

Abstrait, Dada, Surréaliste, Cinétique, Quanticien, toutes ces épithètes le gantent avec justesse, et celle dont il se drape est : Lumineux.

La fée qui se pencha sur son berceau se nomme Electricité.

Ses écoles favorites sont le Collège de France où il rencontra les fibres optique et le Banhaus qu’il eut aimé fréquenter.

Sylve sculptes light since more than thirty years, and with power LED which arrived on the market around a decade ago, he’s able to show colorful and amazing pictures which fussed behind his closed eyelids.

Abstract, Dada, surrealist, Kinetics, Quanticien are all right adjectives but the one he prefers is : brilliant.

The fairy who smiled when he was born is called Electricity.

His favorite schools are the « Collège de France » where he discovered optical fiber and Banhaus where he would have like to learn.

 

Eclairage, titre osé s'il en est, pour introduire mes sculptures... Lumineuses

 

Je me balade dans l'existence depuis un peu plus d'un demi siècle. Avec globalement plus de joies que de peines, à l'image de l'Europe qui chaque année fête l'anniversaire du laps de temps écoulé le plus long sans conflit direct, sur les terres autrefois dédiées à cela à la fin du millénaire précédent, principalement au Nord et à l'Est. C'est un record qui me vaut l'immense honneur de n'avoir pas connu les horreurs de la guerre, ce dont je ne puis que me flatter.

Parisien de souche et donc opportun mélange de tous les migrants qui s'attardèrent un moment à Paris au fil du temps, je suis actuellement installé dans le Sud-Ouest, sachant que la limite géographique du Nord commence au-dessus de la Garonne pour les autochtones qui résident au Sud de ce même fleuve, ce qui fait paraître la France immense si on la considère dos aux Pyrénées, lesquelles je ne me lasse de contempler.

J'ai longtemps été un citadin noctambule attiré par la lumière, et maintenant, en ces cités moins Capitale où mon errance s'assagit, devenu casanier et diurne, je la sculpte, même si je ne puis vraiment toucher qu'à ses conduites, fibres optiques et verre acrylique (PMMA) sous leurs multiples déclinaisons, ainsi qu'H2O, verres, miroirs, prismes... La liste ne saurait être exhaustive car il en est que j'espère très nombreuses, que je n'ai pas encore croisées.

Il en résulte des oeuvres qui possèdent plusieurs vies, au gré de la luminosité ambiante et accompagnent toutes les heures, même celles dévolues aux activités les plus intimes.

Ma première rencontre et vie commune avec l'Art date du milieu des années 1980. J'étais alors polygame et mes deux amours Sculpture et Ecriture suffisaient à mon bonheur. Je pouvais être classé parmis les pauvres de la chose pécunière mais j'étais riche de biens autrement plus précieux tels que le temps et la possibilité de donner naissance aux images qui déambulaient derrière mes paupières. Tôt, je me suis auto-proclamé embelliseur et, développais des gammes de bijoux. Au début des années 1990, j'ai donné la préférence à Ecriture mais cette monogamie s'est avérée infructueuse et nous nous sommes séparés avant la fin du millénaire. J'ai mué en père et me suis dévolu à ma couvée tout en partant à la découverte d'une Terra Incognita, le monde du travail.

Si je semble avoir été infidèle à mes compagnes depuis 1997, il n'en est rien et elles furent là, fin 2012 à ce rendez-vous impromptu lié à mon retour de la Terra désormais Cognita. Cette fois, résolu, j'ai fait ma demande...

Une curiosité inextinguible m'anime.

Je suis un amoureux.

Page précédente Page suivante
83094 visiteurs
94881 pages vues

11 décembre 2019

Site mis à jour le
27 novembre 2019