Sylve de  769 grade  769  1   Sculpteur2 


Présentation

 

Mes sculptures sont intrinsèquement lumineuses. La lumière est générée par une source enfermée dans une boite puis elle est véhiculée par des matériaux conducteurs, qui sont, pour l'essentiel et l’excellence, du PMMA ou verre acrylique, qui se décline sous forme de fibre optique, de plaque, de tube, de jonc, de cube, de barre, et qui se sculpte, se torsine, se grave, se moule, s'extrude, et je ne saurai être exhaustif car je continue à lui découvrir des possibilités. Ce PMMA en outre se présente dans une gamme de couleur très variée, qui devient infinie lorsque je le colorise avec des pigments acryliques (autant rester en famille).

Et puis j’associe à ce conducteur hors pair d’autres matières qui le sont peu ou prou comme par exemple l'eau, le verre, les cristaux translucides, les nœuds de certain bois, etc.

Que la lumière soit tintée au début de son parcours ou à la fin, tout au long de son voyage jusqu’au bout du bout du conducteur où elle continuera, libre, sa route dans l’air,  j’organise des fuites qui font halo.

Je promène l'onde de la lumière visible au gré de formes auxquelles j’imprime des mouvements rythmiques de danse.

La fibre se tisse la nuit, le PMMA se torsine en lunettes de soleil.

Lorsque j'ai commencé ces créations, au Siècle précèdent, que dis-je au Millénaire d’avant, il n’existait que très peu de solutions pour générer de la lumière froide. La moins coûteuse consistait à enfermer des tubes fluorescents en disposant les transformateurs à l’extérieur de la boite.

Puis vinrent les ampoules fluo compactes et enfin les LED ou DEL de grandes puissances qui permettent de sortir les sculptures des coins sombres où elles devaient se cantonner. Bien sur, les LED de très grandes puissances doivent être refroidies mais le Génie qui s’appliquent à miniaturiser les ordinateurs portables a développé une large gamme de solutions techniques.

Je fais mes gammes avec de petites formes géométriques simples, triangle, carré, rectangle, barre de différentes tailles. Naissent alors quantité de petites pièces et le jeu consiste à obtenir deux objets qui fassent paire dont certaines sont montées en boucles d’oreille, voire en collier lorsque je n’ai qu’une pièce ou que j’enveloppe quelque chose pour lui garder toute sa beauté initiale. Il est bien entendu beaucoup plus compliqué de torsiner les grands formats des sculptures, la chauffe et le maintien lors du refroidissement sont moins aisés. Le résultat est toujours surprenant, et le long cheminement qui le précède riche de découvertes qui poussent à continuer.

 

Page précédente Page suivante
76129 visiteurs
87093 pages vues

18 août 2019

Site mis à jour le
14 avril 2019